Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog
whats-new-suricate.over-blog.com

Suricate de gauche écosocialiste en vigilance républicaine. Vous reprendrez bien un peu de culture ?

C'est l'hiver, mets donc un t-shirt

Posted on December 17 2014 by ALB

C'est l'hiver, mets donc un t-shirt

Ceci ne va intéresser que peu de monde a priori puisqu'il s'agit sans euphémisme des zones de pauvres. Et les euphémismes n'ont de bon que de cacher la misère. Les "zones de pauvres" ? Cela fait du monde, mais c'est peu glamour pour les médias donc peu relayé, sauf pour les stigmatiser façon "construisons des miradors anti-délinquants". Tout le monde s'en contrefout donc, à part, grosso modo les parents d'élèves et les enseignants concernés. Pourtant, c'est acté : les zones d'education prioritaire qui ne s'appellent plus ainsi, mais de cela aussi, on s'en contretamponne, sont modifiées. Niveau budget, c'est sensiblement la même chose qu'avant alors pourquoi s'énerver ?

En gros, un établissement en ZEP a moins d'élèves par classe et plus d'heures pour aider les enfants. Ce que l'on dit moins, c'est que ces aides, même si ces écoles, collèges ou lycées sont maintenues, sont à géométrie variable. Ce qu'on dit moins encore, c'est que dans la France entière, il a été décidé de laisser fermer les yeux sur certains établissements, sortis des aides du dispositif d'éducation prioritaire, espérant qu'ils s'en sortent comme ils pourront, à la va que j'te pousse, comptant sur le système D des agents de l'Etat qui y travaillent, pensant qu'il faut miser tous les maigres revenus restants d'un Etat, qui ne veut pas récolter les impôts et préfère payer une dette inique, sur les archi urgences de certains bahuts en extrême urgence.

Pourquoi s'inquiéter ? Parce que dans les établissements en sortie de ZEP ou en ZEP non classée ZEP+, si le gaz et l'électricité augmentent mais que l'établissemnt veut continuer à chauffer décemment en payant les factures, si on veut que tout jeune déjeune à midi quelles que soient les possibilités des parents, si une ampoule de projecteur vidéo casse, si un rideau doit être remplacé parce qu'on ne voit plus le tableau numérique, si une photocopieuse est en panne, si on doit changer les manuels hors programme, si on veut faire une sortie pédagogique, si une table doit être remplacée, si on veut acheter 25 romans pour que les élèves puissent tous y accéder, si, si, si : cela devient désormais impossible.

C'est vrai quand on nous dit que le nombre d'établissements aidés par les dispositifs reste sensiblement égal, mais on ne pare plus qu'à l'urgence sans plus aider à la construction et à la prévention. On pense rustine quand il s'agirait de galvaniser. On colmate les brèches incommensurables quand il s'agirait de co
nstruire les futures générations emplies d'espoir ne demandant qu'à pouvoir le développer. Les élèves formés dans ces rangs vont constituer la majorité et n'auront connu que cette logique. Je laisse imaginer ce qu'ils vont penser de nous et ce qu'ils vont imaginer comme modèle. Oui, l'humain reproduit souvent ce qu'il a connu. CQFD.

Ce que l'on ne dit jamais enfin, c'est qu'un établissement non ZEP, dont les parents sont un peu plus ou plus aisés, est poussé à ne s'en remettre qu'à la compétition, que les classes comptent entre 30 et 40 élèves, si ce n'est plus dans certains cours de langue et que la règle est le "marche ou crève". Je ne parlerai même pas de ce qui les attend avec les cours d'amphi à la fac et les classes prépa... En majorité, ils vont former les rangs des dirigeants et n'auront connu que cette logique. Je laisse imaginer ce qu'ils vont penser de nous et ce qu'ils vont imaginer comme modèle. Oui, l'humain reproduit souvent ce qu'il a connu. CQFD.

Bref, tout est à repenser. Parce que là, dans ce froid social, déshabiller Pierre pour habiller Paul avec un pauvre
t-shirt, j'ai comme un doute...

Comment on this post