Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog
whats-new-suricate.over-blog.com

Suricate de gauche écosocialiste en vigilance républicaine. Vous reprendrez bien un peu de culture ?

Le cri de la pantoufle

Posted on December 10 2013 in EADS bourse chômage engagement politique

Le cri de la pantoufle

Ce matin, tranquillou, j'me prends une info dans les dents. Et de m'étrangler à haute voix de l'annonce terrible : "EADS supprime 5800 emplois !" On m'a répondu, d'un air pénétré qui se veut pénétrant : "Si c'était que ça..."

Que ça ? Mais on croit rêver, là ! Il lui en faut combien pour commencer à s'émouvoir, à c'te truffe ? Dans les prévisions météo des renonciations, l'attentisme aurait-il autant de beaux jours que par le pa
ssé ?

On tombe alors sur un article pour traders du début de l'année où on apprend que l'action EADS fait des grimpées en flèche au début de l'année en prenant 50% en deux mois et que sa capitalisation boursière qui était de 7 milliards d'euros en 2009 est passée à 30 milliards en février 2013. On se dit qu'on ne va pas chercher plus loin. La boîte va bien mais elle veut encore aller mieux. Traduction : 5800 postes à la trappe pour rassurer les gros actionnaires. Oh et puis non, on va regarder sa cotation en bourse d'aujourd'hui, 10 décembre 2013. On ne veut pas tirer de conclusions hâtives qui ne seraient dictées que par une honteuse déviance de gaucho borné. Et là bingo, on est à 39 milliards ! Certes la cotation est à la baisse, mais on ne s'en fait pas trop. "Si c'était que ça..."


Pour revenir à la personne, je suppose que son commentaire était histoire de dire quelque chose. Mais si c'est pour dire ça, autant fermer sa gueule. Parce que là, comme zéro avancée du shmilblick, c'est l'pompon d'la pomponette !

Ah ! c'est tellement beau les gens qui se dédouanent de tout engagement. Qu'on aime ce défaitisme rampant qui permet de ne pas en tricoter une. Que ce sentiment d'impuissance leur pèse et comme ils se l'ôtent aisément avec un pater et deux ave pour les superstitieux, un "on n'y peut rien" pour les frileux ou un "tous pourris" pour les hain
eux. Qu'il est doux ce repli. Qu'elle est facile cette courte vue. Qu'il est lâche ce cri de la pantoufle .

Mais si tous les nombrils arrêtaient de raisonner uniquement en individus, ce ne s'rait plus aussi drôle... Allez, nous on p
eut !

Le suricate ému vous salue bien

Comment on this post